Discours politique

Nicolas Sarkozy, Déjeuner officiel offert par M. José Eduardo DOS SANTOS, Président de la République d’Angola (23/05/2008)

Monsieur le Président DOS SANTOS, je voudrais d'abord vous remercier pour la qualité exceptionnelle de cet accueil. Je suis venu vous témoigner, Monsieur le Président, au nom de la France, de mon estime, de mon amitié et de la volonté de la France de travailler dans le respect et la confiance avec l'Angola. Nous avons décidé de tourner la page des malentendus du passé. Nous avons décidé de travailler ensemble main dans la main à la construction d'un avenir de développement et de paix.

La France veut s'engager sur le long terme avec l'Angola. C'est pourquoi nous avons décidé la création d'une fondation France-Angola qui assurera la promotion de tous les projets pour le développement économique, culturel et humain au service des Angolais. Nous avons décidé d'accroître la capacité d'accueil du lycée français de Luanda (nous allons réaliser sept classes supplémentaires) et je vous ai fait part de ma décision de construire une nouvelle ambassade de France à Luanda. Par ailleurs, l'Agence française du développement reviendra puissamment en Angola et la COFACE va recommencer à garantir des crédits.

Je veux en terminer et dire deux choses. La première, c'est que le potentiel économique de l'Angola est immense, il y a un travail de formation des Angolais et de reconstruction de l'Angola, après toutes ces années de guerre, qui est à engager. La France veut aider l'Angola. Mais il n'y a pas que la question économique, il y a également l'ensemble de la question politique : l'Angola est une puissance majeure de la région et de l'Afrique ; le président DOS SANTOS a agi pour la paix dans bien des crises de pays voisins de l'Angola et nous avons donc décidé de nous concerter systématiquement sur l'ensemble des grands dossiers africains.

Vous l'avez donc compris, c'est un partenariat politique, un partenariat économique, que nous avons décidé d'engager entre la France et l'Angola.

J'ai eu l'occasion de dire également au président DOS SANTOS combien nous l'encouragions dans la perspective des élections législatives du mois de septembre et des élections présidentielles de l'année suivante.

Après tant de guerres et tant de souffrances, le temps du développement et de la paix est donc venu en Angola. La France s'en réjouit profondément. Merci, Monsieur le Président, de votre accueil.