Discours politique

Nicolas Sarkozy, Déclaration conjointe à la suite de l'entretien avec le Roi de Jordanie (27/08/2008)

Étant donné les liens bilatéraux solides qui unissent la République française et le Royaume hachémite de Jordanie et dans de nombreux domaines, et la détermination des deux pays à renforcer ces relations,

Les parties ont souligné leur volonté d'améliorer leur coopération sur des questions bilatérales et multilatérales d'intérêt commun.

Dans le contexte bilatéral, la France et la Jordanie ont exprimé leur satisfaction s'agissant des liens étroits unissant les deux pays à tous les niveaux et ont réitéré leur volonté d'approfondir la relation franco-jordanienne, notamment par une intensification des relations commerciales et économiques et une coopération dans des secteurs stratégiques clés.

A cet égard, les deux parties se sont félicitées de la signature, ce jour, du Protocole d'accord relatif à l'utilisation pacifique de l'énergie nucléaire qui renforcera et institutionnalisera la coopération en matière nucléaire entre les divers organismes français et jordaniens.

Les parties saluent également la signature d'une lettre d'intention entre la Commission jordanienne de l'Énergie atomique (JAEC) et AREVA et comptent sur la signature de l'Accord d'exploration portant sur l'extraction d'uranium dans le centre de la Jordanie entre la JAEC et AREVA dans un proche avenir.

Les deux parties se sont également félicitées de la signature, en mai dernier, par les ministres des affaires étrangères français et jordanien, du mémorandum d'entente sur la coordination politique qui renforcera le niveau de coopération nécessaire pour répondre aux intérêts stratégiques des deux pays.

Sa Majesté le Roi Abdullah II a exprimé de nouveau la gratitude de la Jordanie pour le soutien apporté par la France à l'allégement de la dette extérieure jordanienne, par le rachat anticipé de créances portant sur une part substantielle de la dette auprès du Club de Paris en mars dernier et par le biais du mécanisme bilatéral de conversion de dette en actifs, ce qui a contribué avec succès à accroître le niveau des investissements directs français dans des entreprises et projets jordaniens.

Au niveau régional, les parties ont souligné l'importance de faire progresser le processus de paix du Moyen-Orient vers la création d'un État palestinien moderne, indépendant, démocratique et viable, vivant côte à côte, dans la paix et la sécurité, avec Israël. Les parties ont réaffirmé leur attachement à un règlement global du conflit arabo-israélien conformément aux résolutions des Nations unies, aux principes de Madrid et à l'Initiative de Paix arabe. Les deux parties ont exprimé leur désir et leur volonté de coopérer étroitement à la réalisation de cet objectif qui contribuera à instaurer la stabilité et la sécurité dans la région.

Les parties ont également réaffirmé le caractère central du rôle de l'Union européenne dans l'établissement de la paix au Moyen-Orient et se sont déclarées à nouveau fermement convaincues de l'importance de la coopération entre les pays de l'Union et de la région du Moyen-Orient-Afrique du Nord dans tous les domaines, politique, économique, culturel et social.

A cet égard, la France et la Jordanie s'efforceront de convoquer une réunion Jordanie-Conseil de l'UE durant la Présidence française de l'Union européenne.

Les deux parties estiment également toutes deux que l'Union pour la Méditerranée peut constituer un dispositif efficace pour donner une nouvelle impulsion au Processus de Barcelone et approfondir les relations stratégiques entre les partenaires de la région euro-méditerranéenne dans l'intérêt de la paix, de la sécurité, du développement et de la prospérité mutuelle.

En ce qui concerne la situation en Irak, les deux parties expriment leur soutien aux efforts visant à la réconciliation nationale par le biais d'un processus politique inclusif assurant la stabilité, l'unité et la sécurité de l'Irak.

Les deux parties ont également exprimé leur satisfaction quant aux évolutions positives intervenues dans les relations bilatérales entre le Liban et la Syrie, attestées récemment par la décision d'établir des relations diplomatiques entre les deux pays. Les deux parties ont exprimé leur attachement à l'intégrité territoriale, à l'indépendance et à la souveraineté du Liban ainsi qu'aux institutions nationales libanaises.

La France et la Jordanie s'accordent également sur le fait qu'une solution diplomatique aux tensions internationales provoquées par les tentatives de l'Iran d'acquérir des capacités nucléaires constitue la meilleure voie, en accord avec les résolutions du Conseil de sécurité des Nations unies, et contribuerait à la sécurité et à la stabilité du Moyen-Orient.