Discours politique

François Fillon, François Fillon répond sur le conflit Israléo Palestinien (06/01/2009)

Monsieur le président,

Mesdames et Messieurs les députés,

Monsieur le président Sauvadet,

La France est au service de la paix, elle est au service des droits de l'homme.

La France est l'amie d'Israël et c'est parce que la France est l'amie d'Israël qu'elle peut parler à Israël comme le président de la République l'avait fait à l'occasion de son discours devant le Parlement israélien, il y a quelques mois, comme il vient de le faire à nouveau devant le président Peres et devant le Premier ministre Olmert.

Le président de la République a rappelé aux Israéliens qu'il n'y avait aucune chance qu'une solution militaire puisse être trouvée à ce conflit.

Il leur a rappelé que les conditions de la paix étaient sur la table depuis près de dix ans, et qu'il suffisait maintenant de les mettre en œuvre, de les mettre en œuvre avec détermination.

Et il a offert le soutien de la France, y compris celui d'observateurs français, pour permettre la mise en œuvre de ce processus.

Dans ces conditions, monsieur le président Sauvadet, la République n'acceptera pas que certains extrémistes utilisent ce conflit pour attiser les violences entre les communautés dans notre pays.

Et je veux dire que nous poursuivrons avec la plus extrême fermeté ceux qui s'en prennent aux lieux de culte musulman ou aux lieux de culte juif, ceux qui s'en prennent aux personnes, ceux qui tentent d'exporter le conflit sur notre territoire, qui sont d'ailleurs les mêmes que ceux qui refusent qu'une grande partie du monde arabe s'oriente depuis maintenant plusieurs années vers la recherche d'une solution pacifique.

Et on voit bien que dans le conflit auquel nous assistons aujourd'hui, au-delà des souffrances des civils palestiniens, au-delà des souffrances qui sont endurées par les Israéliens qui vivent à proximité de la bande de Gaza, il y a des extrémistes dont l'objectif est de déstabiliser les pays arabes qui ont pris des risques en s'engageant courageusement dans le processus de paix.

Nous sommes à leurs côtés et nous ne permettrons pas aux extrémistes de s'exprimer sur notre territoire.